MUSILAC

MUSILAC

Bientôt les dates de la prochaine édition

Bientôt les dates de la prochaine édition
à Aix Les Bains (73)
Blablacar
Covoiturage
Hébergement
Hébergement
16/07/2019

REPORT LIVE / Musilac à Aix-les-Bains, on y était !

Musilac : quatre jours de soleil et de bonheur au Lac du Bourget !

Musilac est de retour ! Au bord du Lac du Bourget d'Aix les Bains, du 11 au 14 juillet 2019, le festival fête sa dix huitième édition. Encore une fois, la programmation est à rêver, et cette année, le soleil est bien présent, malgré un dimanche brièvement pluvieux.

 

Le festival, ouvert par les déjantés de Maïsman, voit succéder des artistes reconnus à niveau national, comme l'adorable Claire Laffut, son Mojo qui fait penser à du Jain, et sa Vérité qui font taper du pied le public, ou Boulevard des Airs, qui sait retourner la foule avec ses hits connus de tous. Mené par Sylvain et Flo, le groupe reprend ses titres, à commencer par Si le temps passe (je t'aime autant), qui met directement dans le bain.

La grosse claque du deuxième jour reste Hyphen Hyphen. Ça saute sur scène, ça implique le public, c'est incroyable tant il y a du monde qui rentre dans la danse, jusqu'au final explosif où, pendant Mama Sorry et Just Need Your Love, les festivaliers ayant un drapeau LGBT se retrouvent sur scène pour danser avec le groupe, plus que généreux. Petit cadeau, Santa reprend si j'étais un homme de Diane Tell, a capela. Leur heure de passage permet d'assister à la fin de Clara Luciani sur la scène Korner, face à un public très nombreux. L'ex membre de La Femme reprend ses succès, dont La Grenade et La Baie, chantés par une très grande partie des festivaliers présents.


Sans surprise, Thérapie Taxi, c'est brut et sans filtre, ce qui n'est pas pour déplaire aux milliers de fans venus s'oublier sur Hit Sale, Superstar ou Pigalle, ce samedi 13 juillet. Raphaël et Adélaïde transforment Musilac en grosse soirée, Raphaël lançant des bouteilles de rhum dans le public, entre autres moments forts et sans complexe.

 

La France à l'international était aussi très bien représentée. La grande Christine and the Queens, dont la réputation mondiale n'est plus à prouver, en est un très bon exemple. Elle revient à Musilac après un premier passage en 2015, mais cette fois en tête d'affiche de la deuxième soirée. Et pour cause : le show est millimétré, les chansons sont parfaitement interprétées, autant que les impressionnantes chorégraphies des morceaux. Jain quant à elle, toute vêtue de bleue comme à son habitude, annonce qu'à la fin de cette tournée, elle fera une pause, après cinq ans sans relâcher. Elle ne paraît pourtant pas fatiguée, elle sait échanger et jouer avec le public qui chante et danse sur Makeba, Come et Alright.

Bien sur, Musilac, c'est aussi une série de têtes d'affiche impressionnantes en live. Thirty Seconds to Mars est de retour, et Jared Leto n'a rien changé à la qualité de sa performance, que le public de Musilac a déjà pu apprécier en 2013. La recette prend toujours, l'album America sorti en 2018 en sus. Les quatre autres albums ne sont pas oubliés, et pendant une heure vingt, la machine infernale ne s'arrête pas. Presque une centaine de festivaliers montent sur scène sur Closer to the Edge, Jared a même du mal à calmer le jeu tellement les fans sont conquis !


Vient ensuite le légendaire Macklemore, roi du hip hop en tournée partout en Europe pendant tout l'été. Difficile de savoir combien il ramène d'artistes sur scène, entre les musiciens et les danseurs qui viennent retourner l'esplanade. Les tubes légendaires s'ensuivent, les slogans fusent, Macklemore est spectaculaire. Il laissera la place à Thylacine qui fait voyager les festivaliers sur la scène Montagne, avec son électro écrit lors de ses voyages en Russie (en Transsibérien) ou en Amérique du Sud. On s'y croit, l'artiste se lance au saxophone et l'émotion est palpable.


Mention spéciale aux très attendus Franz Ferdinand, annulés l'an dernier suite à la tempête qui s'était abattue sur le festival, tout comme IAM et Shaka Ponk qui sont venus prendre leur revanche le dernier jour. Simple, convaincant, Alex Kapranos fait rire et s'essaie au français qu'il maîtrise assez bien. Le groupe ramène une coupe du monde, et fait crier au public "ON EST LES CHAMPIONS", jusqu'à terminer avec un Take Me Out et un This Fire plus que convaincants.


Musilac a vu passer d'autres impressionnants artistes, comme les légendaires Scorpions, qui n'ont pas eu peur de braver la pluie pour interpréter leurs plus grands tubes, mais aussi les morceaux de leur dernier album, Return to Forever. Columbine et Gringe emmènent les jeunes générations dans des pogos puissants dès les premières heures du festival, Arnaud Rebotini émeut et fait danser avec ses reprises des musiques de 120 battements par minute, Dionysos reste fidèle à lui-même et à son groupe en présentant son dernier album, Une Sirène à Paris, qui signe un retour aux origines rock déjanté, alors que Lartiste fait remuer les bassins jusque tard dans la nuit.

 


Quatre jours d'émotions, donc, mais aussi de découvertes musicales éclectiques et touchantes, comme Pépite, sur la scène Korner, ou Requin Chagrin, coup de coeur du festival, deux sensations à la française dont le parcours devrait continuer sur cette belle lancée. Musilac, c'est aussi une famille de festivaliers fidèles à l'évènement, que les artistes adorent, rien que pour voir les sourires des dizaines de milliers de visiteurs quotidiens. Musilac on t'aime, on a hâte de te revoir en 2020 !