PAROV STELAR

Concerts de Parov Stelar

Cet artiste n'a aucun concert programmé.

Soyez le premier à être averti
des prochains concerts de Parov Stelar

Dernière News :
10-08-18 - Sziget Festival jour #2 : le livestream comme si vous y étiez !

Le Sziget festival, c'est une semaine de fête et de musique dans un cadre idyllique. Mais comme nous n'avons pas tous le chance de pouvoir nous téléporter à Budapest pour y faire la fête, l'équipe d'Infoconcert en partenariat avec Arte Concert est heureuse de vous offrir les concert du premier jour en livestream ! 

Au programme de ce premier jour : Les Negresses Vertes, Parov Stelar, Asaf Avidan, Lana Del Rey, The Kooks, Klub des Loosers ou encore Shame.. 




Biographie de Parov Stelar

On retrouve, sur ses albums, comme en live, l'état d'esprit caractéristique des années 20, cette volonté de faire la fête, sans retenue ni barrières sociales, comme exutoire d'un quotidien souvent difficile.
La plupart de leurs morceaux ont été inclus dans les compiles de l'Hotel Costes ou Buddha Bar, certains de leurs titres comme Catgroove ont réuni 14 millions de vues YouTube, d'autres ont été synchronisé dans les dernières campagnes pour Bacardi ou la Fiat 500.

Parov Stelar, récemment signé chez Universal, a peaufiné ces derniers mois en studio quatre d'inédits qui viendront s'ajouter à leurs précédents succès, de quoi former un premier best of, « The Art Of Sampling » (sorti le 28 octobre). Le premier extrait, intitulé « Keep On Dancing » feat. Marvin Gaye, sample et revisite le titre « Got To Give It Up » (1977) de l'icône soul américaine. Certainement plus électro que swing, ce titre s'inscrit plus que jamais dans la tendance des sonorités actuelles, pour un résultat aussi classe qu'efficace. Le groupe, qui compte plus de 42 000 fans français sur Facebook sera en concert à l'Olympia le 9 novembre (sold out), après avoir fait dansé dans bon nombre de festivals en France au cours des derniers mois : fête de l'Huma, Musicalarue, Solidays...


Actualité de Parov Stelar

LIVE 10-08-18

Sziget Festival jour #2 : le livestream comme si vous y étiez !

Le Sziget festival, c'est une semaine de fête et de musique dans un cadre idyllique. Mais comme nous n'avons pas tous le chance de pouvoir...

LIVE REPORT 21-03-18

LIVE REPORT / Parov Stelar en concert au Zénith de Paris : on y était !

C'est une surprise pour personne : le Zénith de Paris leur appartient ! Ils connaissent la salle. Ils adorent leur public parisien, et le...

RESERVER 27-07-17

RESERVEZ / Parov Stelar est de retour au Zénith de Paris le 15 Mars 2018 !

Ça va swinguer à Paris ! Soyez prêt à (re)découvrir Parov Stelar en live au Zénith de Paris le 15 mars...

LIVE REPORT 22-08-16

LIVE REPORT / Interview de Parov Stelar au Sziget !

Parov Stelar  est un des artistes incontournables de cette 24e édition du Sziget Festival , qui s'est déroulé sur...

RESERVER 02-08-16

RESERVEZ / Parov Stelar : le groupe culte de l'électro-swing, en concert à Nantes, Lille et Grenoble !

Le DJ & producteur autrichien  Marcus Füderer et sa bande de musiciens ont fait leur retour dans les bacs au printemps dernier...

LIVE REPORT 31-03-16

LIVE REPORT / Revivez le concert de Parov Stelar au Zénith de Paris !

Ce mercredi 30 mars, nous avions rendez-vous au Zénith de Paris pour assister au concert de The Parov Stelar Band ! Ce groupe,...

LIVE REPORT 25-11-14

LIVE REPORT / Revivez le concert de Parov Stelar à Paris !

Parov Stelar Band fait swinger la Villette !   Une ambiance des années 20 souffle sur le parc de la villette. Parov Stelar,...

FESTIVAL 18-02-14

Festival Cabaret Vert : les premiers noms annoncés !

Les premiers noms du festival écolo Le Cabaret Vert du 21 au 24 aout à Charleville-Mézières sont annoncés...

FESTIVAL 14-02-14

Festival Solidays : réservez à partir de 13h00 votre pass 3 jours

La 16ème édition du festival Solidays est lancée avec l'annonce des premiers noms (-M-, Franz Ferdinand, Patrice, Yodelice,...

29-10-13

Les sorties albums de la semaine du 28 octobre au 3 novembre

JULIEN DORE "Love" Pour "Love", sa troisième production, l'ex dandy de l'émission Nouvelle Star s'émancipe de son image de...

10-11-11

Parov Stelar, référence electro-swing, en concert en 2012

PAROV STELAR , la référence européenne en matière d'Electro Swing débarque en France en 2012 avec pour...

Vidéos de Parov Stelar

Liste des albums de Parov Stelar

The Burning Spider

"The Burning Spider"

04/2017 -
Rédiger un avis
Live at Pukkelpop 2015

"Live at Pukkelpop 2015"

03/2016 -
Rédiger un avis
 The Demon Diaries

" The Demon Diaries"

05/2015 -
Rédiger un avis
The art of sampling

"The art of sampling"

10/2013 - POLYDOR
Rédiger un avis
Invisible Girl

"Invisible Girl"

03/2013 -
Rédiger un avis
Princess

"Princess"

07/2012 -
Rédiger un avis

Avis sur Parov Stelar


Sébastien M.
31 critiques
  Avis écrit le 20 Mars 2018

C’est une surprise pour personne : le Zénith de Paris leur appartient. Ils connaissent la salle. Ils adorent leur public parisien, et le public parisien les adorent. Parov Stelar accompagné de son groupe est venu une nouvelle fois retourner la salle parisienne, pleine à craquer, le jeudi 15 mars. Ils sont venus braver le froid français pour souffler un vent de chaleur et de bonne humeur en France. Et c’est pour ça que nous les aimons autant.

Le band mené par le discret mais talentueux Marcus Fureder, plus connu sous le nom de Parov Stelar, a su faire lever les foules dès le premier morceau. Le groupe n’était pas encore monté sur la scène que les gradins se lèvent, les mains applaudissent, les décibels retentissent aussi bien sur scène que dans la fosse. C’est dire qu’ils étaient attendus, après un Zénith complet en mars 2016 qui était resté gravé dans les mémoires.

C’est avec une intro originale que Parov Stelar se présente. Les musiciens viennent fouler la scène un à un sur Hit Me Like A Drum. Et c’est là que la très attendue Cleo Panther, toujours aussi charismatique, vient faire résonner les premières notes de sa voix. Celle qui donne tout le charisme au groupe se présente radieuse et souriante comme à l’accoutumée, et invite tout le monde à taper dans les mains. Elle ne se fera pas prier. La scène musicale se transforme en véritable dancefloor avec les premiers sons de Parov Stelar aux platines, et tout le monde se met à sauter, jusqu’à l’angle le plus sombre du Zénith de Paris. Le public laisse tomber quelques instants les téléphones pour s’unir dans un mouvement puissant à en faire trembler toute la Villette. I Need L.O.V.E ne démérite pas moins et laisse place aux premiers effets scéniques, avec jeux d’images et de lumières incroyablement bien travaillés.

Le groupe présentait il y a quelques mois l’album The Burning Spider, lequel semble connu sur le bout des doigts par un public plus qu’énergique. Après Clap your Hands et Josephine qui font frémir les publics depuis des années maintenant, Cuba Libre introduit ce dernier album, plus jazzy que les précédents. L’électronique que Parov sait manier à la perfection n’en est tout de même pas oublié, et c’est dans un mélange dont lui seul à le secret que les gouttes de sueur coulent par litres. Catgroove devenu un classique emporte avec lui les derniers réticents à cette énergie folle qui envahit le Zénith depuis maintenant plus d’une demie heure.

Parov Stelar et son groupe savent faire danser les foules, mais savent tout aussi bien se mouvoir sur la scène en s’inventant des danses, des rôles, jouant entre eux comme s’ils étaient amis depuis toujours, ce qui fait sourire et entraîne Paris. Ayant toujours le don de surprendre, le talentueux guitariste nous offre un petit solo acoustique, avant d’être rejoint par un trompettiste qui ne démérite pas moins. Ensemble, ils se permettent un petit même de Feeling Good de Gorillaz, avant de reprendre cette puissante setlist accompagnés du reste du groupe. The Ride, The Burning Spider, The Invisible Girl, suivent et la fatigue ne se fait toujours pas ressentir tant l’emprise est forte.

Après un Grandpa’s Groove hilan et puissant, l’émotion est forte. The Mojo Radio Gang commence, et le final se fait sentir. Tel un feu d’artifice qui offre son bouquet final, Parov Stelar balance les riffs et suit avec All Night repris par un public de connaisseurs conquis. On passe à de l’électro presque pur sur cette version étendue.

Nous aurions pu penser qu’il s’agirait de la fin du concert, mais les applaudissements ne cessent pas. Le groupe revient sur scène jouer Nosferatu, titre des premières heures, hommage aux premiers fans toujours présents dans l’audience. Peu après, un deuxième rappel, pour un Booty Swing et un Step Two fédérateurs et émouvants. Pour ce dernier, c’est à une version revisitée beaucoup plus électro que nous avons droit. Et, cerise sur le gâteau. Le lendemain du concert sortait Taking Over que Parov n’hésite pas à proposer en guise d’au revoir. Un plaisir de découvrir ce morceau dansant et original en live. C’est ému et lessivé que le public laisse partir le groupe, mais pas pour longtemps : les autrichiens seront présents au festival de Paris. Et nul doute que son public parisien sera là pour acclamer.

Sébastien M.
31 critiques
  Avis écrit le 31 Mars 2016

Ce mercredi 30 mars, nous avions rendez-vous au Zénith de Paris pour voir The Parov Stelar Band. Ce groupe, pionnier dans le style électro-swing, ou néo-swing, commence à se faire une belle réputation notamment à Paris, après avoir joué trois fois aux Solidays (2013, 2014, 2015), avoir rempli un Olympia en 2013 et un premier Zénith en 2014. Si le public se fidélise autant derrière Marcus Füreder, le DJ, et son groupe, mené au chant par Cleo Panther, c’est bien car l’expérience live est vraiment unique et incroyable.

Le show, ouvert par Golan, du label Etage Noir créé justement par Parov Stelar, commence avec The Lonely Trumpet. L’histoire commence alors à travers une musique calme, blues, assez sombre, contrairement au reste du show. Le trompettiste entre seul en scène, et est suivi du saxophoniste, du tromboniste, du batteur, et, plus discrètement, de Parov aux platines.
L’ambiance ne reste pas sombre une seconde de plus avec l’arrivée de Cleo Panther, dans une tenue retro mais aussi belle qu’à l’accoutumée, et la chanson Hit Me Like a Drum. S’ensuit alors plus d’une heure et demie de tubes comme Sally’s Dance, Catgroove, Booty Swing, ou des morceaux de leur nouvel album Demon Diaries comme I Need L.O.V.E, Demon Diaries, Clap Your Hands, Django’s Revenge ou Berlin Shuffle. De nouvelles musiques inédites sont d’ailleurs jouées, rendant fou de joie certaines personnes du public connaissant bien le show, et toujours heureux de découvrir de nouvelles chansons, peut être de nouveaux tubes.

Ce qui impressionne avec ce show, c’est le mélange totalement instrumental, avec des solos de chaque musicien, notamment de l’impressionnant guitariste pendant Catgroove, ou du saxophoniste sur Hit Me Like A Drum, entre des passages très électro gérés d’une main de maître par Parov, sur des musiques comme The Invisible Girl. Une histoire et une complicité avec les musiciens et la chanteuse se fait grâce à un show très millimétré. Sur chaque chanson, une mise en scène est créée : les musiciens dansent ensemble, la chanteuse se joint à eux, le saxophoniste et le trompettiste sortent de la scène pour laisser le tromboniste faire son solo, puis reviennent en courant pour se joindre à lui… Pendant une heure et demie, un jeu se crée entre tout le monde afin de créer une dimension folle supplémentaire. Le saxophoniste vient d’ailleurs saluer les fans du premier rang, pendant que le trompettiste prend le micro pour demander, dans un accent français plutôt parfait, “comment ça va ce soir ?”

The Mojo Radio Gang et All Night, les deux plus grands tubes du groupe, concluent la première partie du show. Les deux musiques sont alors rallongées pour une version spéciale live, que nous pouvons retrouver sur l’album Live At Pukkelpop. Sous un tonnerre d’applaudissements, le groupe quitte la scène une première fois, mais revient très rapidement interpréter Baska Brother, ainsi qu’une nouvelle musique inédite, avant de quitter une seconde fois la scène et de revenir jouer Libella Swing.
Le groupe salue enfin, et Six Feets Underground démarre, concluant comme à chaque fois de façon calme le show du groupe, terminant ainsi cette magnifique histoire sous des applaudissements qui continueront bien après la fin de la chanson.

Live Report par Sébastien MARTINEZ.

Sébastien M.
31 critiques
Avis écrit le 18 Février 2016

Le vendredi 5 juin, nous nous rendions au festival Montereau Confluences, au Sud de l’Ile de France, assister au concert de Parov Stelar. Ce fut l’occasion pour nous d’entendre pour la première fois en live les titres de Demon Diaries, le nouvel album du DJ autrichien. De taille moyenne, ce festival a la qualité d’offrir une programmation variée plutôt ciblée sur la famille, avec des artistes tels que Calogero, Corson ou Desireless.

Parov Stelar, de son vrai nom Marcus Füreder, créa le groupe en 2004, et s’est fait connaitre avec des tubes fédérateurs tels que All Night, ou The Mojo Radio Gang. L’artiste est l’un des pionniers du genre électro swing (ou néo-swing), influencé principalement par le swing et le jazz, mêlé à la musique électronique.

Après un excellent concert de Shaka Ponk, nous essayons de nous frayer un chemin pour arriver au premier rang, ce qui se soldera par une réussite ! A minuit et demie, les lumières s’éteignent, et une musique au violoncelle commence. Le trompettiste entre en scène entre le plateau élevé du batteur et le plateau de Parov Stelar, le DJ, sur la droite. The Lonely Trumpet commence, et chaque musicien entre en scène tour à tour, mettant en valeur son instrument.

Parov Stelar, toujours en retrait par rapport aux musiciens lors de ses lives, s’est installé à ses platines pour lancer Hit Me Like a Drum. Cleo Panther, chanteuse du groupe, débarque dans une magnifique robe noire, le sourire déjà aux lèves. Le groupe est au complet et le concert peut vraiment démarrer.
Pendant une heure et demie, les tubes les plus connus et fédérateurs du groupe s’enchainent, avec un jeu de lumière et des visuels différents pour chaque chanson. Cleo, micro tantôt sur pied, tantôt en main, offre une réelle touche de sensualité et d’énergie aux musiques qui n’ont vraiment pas la même saveur en live. Entre deux chansons, elle n’hésite pas à interagir avec le public pour présenter l’album Demon Diaries et partager sa bonne humeur.
 Chaque musicien est mis tour à tour en valeur avec des solos impressionnants : le saxophoniste virtuose ne s’essouffle pas une seconde tout en courant et dansant sur la scène. Le guitariste se permet un solo sur Catgroove rendant la musique encore plus énergique que de la version digitale. Josephine, musique normalement sans chant, trouve avec la voix de Cleo une puissance inimaginable. Le public est conquis et jusque dans les derniers rangs, danse à n’en plus finir.

Parov Stelar est le dernier artiste à jouer ce soir et nous offre un rappel de titres normalement joués juste en salles, rarement en festival. Le groupe ne s’affaiblit pas et continue de proposer une performance énergique.

Le concert s’achève avec Six Feets Underground, sur un ton très différent du reste des morceaux joués, beaucoup plus calme, à l’image de The Lonely Trumpet, tel la fermeture d’un livre, d’une histoire. Le groupe salue alors le public qui ne tarit pas d’applaudissements. Le DJ et son groupe ont offert pour la deuxième fois de leur tournée européenne un show coloré, passionné, et a su conquérir un public qui ne les connaissait pas forcément.

Maxime F.
80 critiques
Avis écrit le 25 Novembre 2014

Parov Stelar, 25 Novembre 2014, Zénith de Paris.

Parov Stelar Band fait swinger la Villette

Une ambiance des années 20 souffle sur le parc de la villette. Parov Stelar, DJ Autrichien, accompagné de son band, détient dix albums à son actif depuis 2001. Autant dire qu’il maitrise ses sets et il nous le prouve dés le début avec une intro digne d’une entrée de gladiateurs. Pendant près de quatre minutes, la tension monte lentement, pour finalement être cassée par la mythique trompette, mais aussi par l’entrée d’une chanteuse qui suffit à enflammer les braises d’un Zénith plein à craquer.

« Le cocktail parfait ! »

Le concert commence avec beaucoup d’énergie, et durant près de 2h, les classiques du groupe s’enchaineront. On passe du Jazz des années 20’s au DJ Set purement électro en quelques secondes. Des morceaux tels que Booty Swing ou Cat groove sont travaillés pour déchainer le public, sans le lasser. Les enchainements sont maitrisés, et l’on remarque très vite que c’est vraiment agréable d’avoir un groupe qui scéniquement fait le show, tout en ayant un DJ qui gère (entre autre) les transitions pour ne pas casser le rythme du concert.

L’enchainement des morceaux prend une fluidité impressionnante. Le public attendait beaucoup de ce groupe, il n’est pas déçu.

Le morceau le plus hallucinant restera Mojo Radio Gang, qui sera poussé aux extrêmes, avec des moments de calmes, géré par Parov Stelar, pour ensuite repartir sur de bonnes basses imposantes. Technique simple, mais efficace. L’euphorie envahi le Zénith où beaucoup s’attèlent d’ailleurs à quelques pas de danse improvisés.

Les solos de basse, de batterie et bien entendu de trompette permettront au band de dépenser une énergie folle tout au long du concert. Et malgré sa discrétion scénique, Parov Stelar nous prouvera qu’il est bien présent avec un set electro final qui fera penser à tout sauf aux années 20. Parov Stelar aux platines, et son band à la scène, font le cocktail parfait pour un show musical maitrisé.

Maxime Fremy
Reportconcert.fr

Set List :

1. Intro
2. Oh Yeah
3. Booty Swing
4. Clap your hand
5. Sally’s Dance
6. Catgroove
7. Homesick
8. The flame of fame
9. Fleur de lille
10. Baska brother
11. The Speed Demon
12. Jimmy’s Gang
13. The Paris swing Box
14. The Mojo Radio Gang
15. All night

Rappel :
1. The golden boy
2. Libella Swing
3. Matilda

Concerts passés de Parov Stelar

Ils peuvent aussi vous intéresser

THE BLAZE
4 CONCERTS À VENIR
POLO & PAN
4 CONCERTS À VENIR
HER
HER
9 CONCERTS À VENIR
PARCELS
8 CONCERTS À VENIR
PAUL KALKBRENNER
8 CONCERTS À VENIR