MARINA (Ex-& The Diamonds)

MARINA (Ex-& The Diamonds)

(Rock)

Biographie de Marina (ex-& The Diamonds)

La pop est plus branchée que jamais. Jusqu'ici rien de nouveau sous le soleil, juste peut-être une pointe d'ironie, dans la mesure où toute notion de ‘branchitude' fait rire à gorge déployée cette nouvelle perle d'une rare crédibilité. Marina (And The Diamonds) Diamandis est la preuve vivante et criante des possibilités infinies que laisse entrevoir la pop en 2010. "Je me moque éperdument de savoir si la pop est à la mode ou non en ce moment, quoiqu'il en soit j'écrirai la même musique," lance-t'elle sur un ton moqueur.

Marina est une auteur-compositrice-interprète complète. Mi-grecque, mi-galloise, elle ressemble à une créature de contes de fées. Cette fille, qui n'a pratiquement pas d'éducation musicale, semble en effet capable de concocter miraculeusement du bout des doigts des refrains imparables. Sa voix attire les marins vers les rivages et éloigne les navires des rochers, tandis qu'elle taille dans le vif, décortiquant notre époque pour la resservir ensuite sous la forme d'une coupe glacée à dévorer sur-le-champ.

C'est en outre une performeuse hors-pair grâce à qui un public ayant perdu tout enthousiasme a retrouvé la magie du mot ‘spectacle'. Mais à l'instar de toutes les grandes stars, ce n'est pas en disséquant ses charmes que l'on rend justice à Marina. Elle compte en effet parmi ces artistes possédant ce don si insaisissable, qui n'a pas encore été anéanti par le napalm de la télévision réalité, quelque chose que l'on pourrait définir comme le 'facteur X'. Marina a tout simplement concocté certains des plus grands tubes potentiels britanniques de ce nouveau millénaire. Elle a la présence, le sang-froid, le bagou.

Un rire tonitruant qui semble ponctuer chacune de ses phrases. C'est une ravissante jeune femme en devenir et 2010 est définitivement son année.
Avant même d'avoir 18 ans, Marina avait déménagé à dix-sept reprises entre Abergavenny, son lieu de naissance au fin fond du Pays de Galles, Londres et la maison de famille de son père en Grèce, déchirée entre les ardents et truculents idéaux de la famille de son père et la culture lavage de cerveau de la génération-Y. "Parfois j'ai l'impression d'être un pur symbole de ma génération. Nous ne savons rien," dit -elle en riant. "Rien sur la politique ou la réalité du monde. Je souffre d'un trouble déficitaire de l'attention (DTA), je suis incapable de me concentrer sur quoi que ce soit, c'est affreux ; c'est terrible d'être comme ça, horrible. Mais cette prise de conscience a nourri la plupart de mes chansons."

C'est cette forme d'autodénigrement et de brutale sincérité qui forgent la pop postmoderne et unique de Marina. Si ses refrains semblent le fruit d'une passion profonde pour façonner des mélodies accrocheuses, elle souligne que ce n'est que vers 24 ans qu'elle s'est découvert ce goût. "Je pense que presque tout ce que je fais musicalement s'inscrit dans le cadre d'un programme. Je veux transmettre tant de choses que parfois j'ai l'impression qu'il n'y a pas assez de chansons." Si Marina n'a jamais appris à jouer du moindre instrument avant de s'initier toute seule au piano à l'âge de 19 ans, huit années de cours de danse et un bref passage dans une école américaine d'expatriés en Grèce lui ont donné un grand sens du rythme, que l'on retrouve aussi bien sur ses enregistrements que dans ses chorégraphies très particulières.

Cela a aussi fait naître chez elle une obsession de l'américanisation et tout ce qui va avec. "J'ai atteint ma majorité en même temps que Britney," raconte-elle. "C'était un moment extraordinaire pour tomber amoureuse de la pop. C'était mon idole. Mais je crois que c'est une époque qui vous laisse avec plein de questions sur la place des artistes féminines dans la culture pop." Et là est tout le dilemme de Marina, partagée entre une passion insatiable pour les tubes énormes et ses aspirations culturelles vers quelque chose de plus.


Marina a démarré sa 'carrière' d'une façon originale. "Je n'avais jamais su vraiment ce qu'était un refrain jusqu'au jour où je suis entrée en studio avec un producteur," explique-t'elle, "Je me contentais juste d'intensifier les émotions lorsque j'avais l'impression que c'était le bon moment ou que j'avais dis ce que j'avais à dire "... "Mon écriture était jusqu'alors totalement instinctive et accidentelle." Après deux années passées chez elle à enregistrer des démos sur son ordinateur portable et s'être acharnée sur quelques prétendus tubes, elle décide d'aller frapper aux portes des labels. Mais, contrairement à la plupart des artistes qui s'entourent de que l'on appelle dans ce métier 'un manager', Marina n'en a pas voulu.

Après quelques rendez-vous avec des types en costume de plus en plus perplexes - désireux de la passer dans le moule de leur 'grosse, méchante machine' ou refusant sèchement de lui parler d'affaires en direct, elle signe un contrat avec Warner par le biais de 679. Là on lui a laissé la liberté de devenir l'artiste qu'elle avait envie d'être.

Comme pour la plupart des artistes bourrés de talent, elle suscite l'intérêt de plein de gens. Bientôt les meilleurs producteurs, réalisateurs et co-auteurs britanniques viennent frapper à sa porte, sans oublier Neon Gold, label indé s'il en est, qui a sorti une série de EPs et de singles préalablement à son album. En 2009, son premier opus, 'The Family Jewels', prend tranquillement forme tandis qu'elle peaufine de nouvelles incarnations de ses compositions originales concoctées autrefois dans sa chambre.

'Are You Satisfied?' ouvre le bal avec ses irrésistibles refrains et ses couplets extrêmement bavards qui sont la marque de fabrique de Marina. 'Shampain's est un futur énorme tube, fort de l'une des plus belles envolées de Marina à ce jour. Le géantissime 'I Am Not A Robot', accompagné d'une vidéo signée de l'un des plus grands fans de Marina, Rankin, s'impose comme l'un de ses morceaux les plus accomplis : vif, sublime et terriblement vrai. Une rencontre avec Pascal Gabriel (Ladyhawke) a engendré 'Girls', un pavé de lignes accrocheuses irrépressibles, agrémenté de resplendissantes mélodies grecques et accompagné d'un texte qui n'a pas froid aux yeux et regorge de chutes pleines d'esprit.

"C'est un appel aux femmes pour leur demander d'arrêter d'être leurs propres ennemies," dit-elle. "Maintenant on est soit une bonne sœur, soit une putain, pour être ni l'une ni l'autre ou bien les deux à la fois. Je veux contribuer à redéfinir la place de la femme dans la société".

Tout autant apprécié du grand public que des indés, Marina déboule avec un fracassant 'Mowgli's Road' et suscite l'attention du NME, décrochant même un passage convoité sur le ‘Radar tour'. ''Obsessions', une ballade plaintive au piano transformée dans le cadre d'une collaboration avec Liam Howe, sort comme il se doit le jour de la Saint Valentin, tandis qu''Hollywood', point culminant d'une obsession faite d'amour et de haine pour la culture trash américaine et produit par Biff Stannard, à qui l'on doit quelques succès des Spice Girls, est un fracassant et redoutable standard pop. Le hit-parade se languit. 'The Outsider' est un titre provocant et irrésistible avec un beat imparable, tandis que 'Hermit The Frog' dévoile le penchant de Marina pour les harmonies à la Kate Bush. 'Rootless' propose une collision entre des notes glacées et des rythmes effrénés et 'Numb' accompagnerait à merveille les derniers moments d'un bal masqué. Avant que 'Guilty' ne vous emporte dans un maelstrom de mélodies tordues, vous en réclamez déjà encore.

Le dernier morceau qui vient compléter l'album est le prochain tube "Oh No!". Ecrite lors d'un voyage à LA une semaine après le mastering de The Family Jewels, cette chanson rassemble toute les craintes et les aspirations de Marina pour l'avenir. "Cet chanson je l'ai écrite pour répondre à la terreur qui m'envahit lorsque que je ne parviens pas à réaliser ce que je veux à chaque fois que j'ouvre ma grande gueule. C'est le 2ème volet de ‘Mowgli's Road'. J'étais paralysée de peur avant mon voyage aux Etats-Unis et je n'arrêtais pas de me dire que j'étais une ratée "etc", persuadée que cette prophétie allait se réaliser si je n'arrivais pas à faire taire mon cerveau et à arrêter d'être aussi négative. J'en ai donc fait une chanson. Dans Mowgli's, je m'interroge sur qui je veux être, "Oh No!" le confirme. Après six mois difficiles, cela m'a redonné confiance. De toute façon, la vie est juste une grosse partie de rigolade au bout du compte !"

"Cela correspond en fait à un désir de rentrer en contact avec les gens sur le plan personnel. J'aime bien aider les gens à se sentir mieux et leur rappeler qu'ils ne sont pas seuls," dit-elle songeuse à propos de son premier album. "Pour moi, c'est une catharsis. Je crois que ce sont des lettres indulgentes à moi-même, mais que peuvent voir tous ceux qui en ont envie, bien entendu."

Actualité de Marina (ex-& The Diamonds)

RESERVER 21-06-19

Marina (ex-& The Diamonds) en concert au Zénith de Paris en novembre pour présenter son nouvel album

Marina Diamandis, avait pour nom de scène Marina & The Diamonds (créé en 2015) jusqu'à ce qu'elle décide de...

RESERVER 11-03-15

Marina and the Diamonds en concert à Paris pour présenter son nouvel album !

" Froot ", c'est le nom du nouvel et troisième album du phénomène Marina and the Diamonds attendu pour la semaine prochaine...

20-06-11

The Prodigy annoncé au festival Sziget 2011 !

Le SZIGET , l'un des plus gros festivals européen, continue de dévoiler sa programmation pour l'édition 2011, du 8 au 15...

Vidéos de Marina (ex-& The Diamonds)

Liste des albums de Marina (ex-& The Diamonds)

Love + Fear

"Love + Fear"

04/2019 - Atlantic Records
Rédiger un avis
Froot

"Froot"

03/2015 - Warner Music
Rédiger un avis

Avis sur Marina (ex-& The Diamonds)


Sarah Z.
1 critique
Avis écrit le 07 Juillet 2010

Je ne sais par où commencer.

J'ai découvert le groupe par hasard, sur une playlist du site Sound of Violence. J'ai pas tout de suite écouté... Mais quand j'ai commencé, il me fut impossible d'arrêter.

J'ai beaucoup de choses à dire sur ce groupe. Premièrement, la fille est magnifique, légèrement extravertie. Elle fait des live en tenue de Wonderwoman. En plus elle a une voix juste... incroyable !
Elle a les aigus et les graves, elle a un timbre complètement différent des autres chanteuses pop du moment.

Honnêtement, je suis impressionnée. Chaque chanson connait 3 à 4 phases. On ne s'ennuie pas, l'album Family Jewels est un régal. Je l'écoute en boucle, les paroles sont drôles, les instru sont top. L'originalité des morceaux me force à l'adorer.

La chanson + : Hermit the Frog
La chanson - : Hollywood

Concerts passés de Marina (ex-& The Diamonds)

Il n'existe pas d'archives pour l'année 2019.

Ils peuvent aussi vous intéresser

THE CURE
1 CONCERT À VENIR
MUSE
3 CONCERTS À VENIR
STING
8 CONCERTS À VENIR