Aller au contenu principal
PUNISH YOURSELF

PUNISH YOURSELF

Spectacle total fluorescent avec musique cyberpunk agressive et festive. Ces 5 cavaliers post-apocalypse débarquent avec strombos, maquillage, body-painting... Lire la présentation

CECI N'EST PAS UN DISQUE, C'EST UN ACCIDENT DE VOITURE
Après une parenthèse instrumentale (l'étonnant Cult Movie) et une escapade garage'n'wave (le side-project 1969 Was Fine), les Punish Yourself sont de retour avec Pink Panther Party.
Un sixième album enregistré dans l'urgence ; sans fioritures, sans grosse production, sans invités prestigieux. Là où certains groupes s'enferment des mois en studio avec des budgets pharaoniques, les fluos ont fait le choix du do-it-yourself complet, en enregistrant à leur local de répétition ou sur la route, entre les concerts ou en backstage, et en mixant à la maison avec les moyens du bord.
Après des disques très produits, travaillés et retravaillés note par note, son par son, le but était de revenir à la violence brute, celle du bruit et de la sueur, celle du caniveau, celle de la scène. Pink Panther Party n'est pas un album qui séduit : il cogne, il déborde, il dérape, il mord.
Une morsure venimeuse aggravée par la quasi-absence d'effets ou de doublages, notamment sur la voix, mais aussi par des sonorités inédites chez Punish : samples symphoniques grandioses, violon électrique... Une attaque-suicide qui prend en concert sa réelle dimension apocalyptique ; sale, saturée, tordue.
Tant pis pour les oreilles habituées au « gros son » propre et anonyme des productions standardisées : Pink Panther Party ne s'adresse définitivement ni aux petites filles ni au bon goût des critiques. Les Punish sont des cyberpunks à chien - et leur chien a trois têtes.
N'ayez pas peur de Cerbère et entrez donc faire un tour dans le carnaval morbide du monde moderne,orgie absurde dans laquelle s'agitent références politiques et occultes vidées de leur sens - la mort nucléaire, Aleister Crowley, Vladimir Poutine en Tsar dela Nouvelle Russie, le fantôme de JG Ballard, Shiva destructeur-des-mondes,Jésus chassant les démons à coup d' AK-47, Carl Orff sous crack lâché dans une free-party ; un hymne nihiliste aux mythologies du XXème siècle, entre pétrole,sida et génocides - ce XXème siècle dont le XXIème n'est pour l'instant que l'écho colorisé sur Photoshop. Ceci n'est pas un disque : c'est un accident de voiture.

Ils peuvent aussi vous intéresser

SHAKA PONK
27 CONCERTS À VENIR
VIANNEY
28 CONCERTS À VENIR
BRIGITTE
35 CONCERTS À VENIR
JULIEN DORE
15 CONCERTS À VENIR
-M- (MATTHIEU CHEDID)
15 CONCERTS À VENIR
Mon Infoconcert
Suivez nous sur Facebook   Suivez nous sur Twitter   Suivez nous sur Google +